Logo pour impression accueil



Descriptif

Des restrictions à la « famine lente » : les conséquences sanitaires de la sous-alimentation en France sous l'Occupation

Mercredi 18 octobre à 18H30 


> RÉSERVER <


Pour rendre compte des difficultés de ravitaillement qui ont marqué la période de l’Occupation, les historiens parlent souvent du « temps des restrictions ». Cette pudeur entérine le scénario selon lequel les Français ont certes souffert, quoiqu’à des degrés divers, des « privations » qui leur ont été imposées mais sont parvenus à y faire face grâce à leur inventivité et à leur débrouillardise. Or cette vision lénifiante n’est pas corroborée par les sources. Comme l’attestent de nombreux témoignages, la faim est (re)devenue, pendant les années noires, une obsession pour nombre de contemporains, contraints de se livrer au quotidien à une véritable « course aux calories » pour assurer leur survie et celle de leurs proches. Surtout la sous-alimentation et les maladies de carence qu’elle a provoquées ont fait de nombreuses victimes et ont eu des conséquences délétères sur la santé des catégories les plus vulnérables de la population.


Par Isabelle Von Bueltzingsloewen, professeur d’histoire contemporaine à l’université lumière lyon 2 et membre du LARHRA



VOIR AUSSI



 

Ou ?



L'organisateur