Logo pour impression accueil



Descriptif

MERCREDI 2 MARS À 18H30
/!\ ATTENTION, CHANGEMENT DE DATE /!\
31 MARS A 18H30


Les États européens, et la France en particulier, ont longtemps entretenu l’image de l’Europe terre d’asile et des droits de l’homme. C’est aujourd’hui de plus en plus difficile.
La fermeture de ses frontières entraine des violations des droits humains. Les migrants, pourtant titulaires comme toute personne des droits fondamentaux internationalement reconnus, sont le plus souvent envisagés comme une menace qu’il faut gérer.
La conséquence est qu’ils subissent l’hostilité de la part de la société d’accueil et que les institutions chargées d’examiner leur situation voient souvent en eux de « faux réfugiés ».
La distinction entre réfugiés et migrants est à la fois nécessaire et quasi impossible (les flux migratoires sont « mixtes »). Tout réfugié est un migrant, mais l’inverse n’est pas vrai : tous les migrants ne sont pas des réfugiés. Alors que le terme « migrant » est un terme générique qui englobe les personnes qui ont quitté leur pays pour aller vivre dans un État dont elles n’ont pas la nationalité, le terme « réfugié » est défini en droit international : il correspond à un statut protecteur accordé par un État tiers à une personne fuyant les persécutions.

PAR ÉDITH JAILLARDON, PROFESSEURE ÉMÉRITE À L'UNIVERSITÉ LUMIÈRE LYON 2 ET JUGE ASSESSEURE À LA COUR NATIONALE DU DROIT D'ASILE (CNDA)



Dans le cadre de Rêver d'un autre monde. Représentations du migrant dans l'art contemporain

// AU CHRD
// RÉSERVATION CONSEILLÉE : 04 72 73 99 00 / chrd.reservation@mairie-lyon.fr

 

Ou ?



L'organisateur